Combien de temps faut-il pour débloquer un compte courant ?

AccueilLa rubrique infoCombien de temps faut-il pour débloquer un compte courant ?

Combien de temps la banque a-t-elle pour indemniser les héritiers dans le cas où le compte courant a été bloqué au décès du titulaire ?

Dès que la banque a connaissance du décès d’un de ses clients, elle bloque son compte courant, même s’il est détenu conjointement avec une autre personne : Succession compte bancaire sans notaire. Il ne s’agit pas d’arbitraire ou d’abus mais d’une obligation précise : la loi interdit en effet de verser des sommes aux héritiers avant qu’ils n’aient déposé la déclaration de succession auprès de l’Inland Revenue. Une fois cette opération effectuée, l’établissement de crédit peut procéder au paiement des parts dues à chaque héritier, en fonction de leurs pourcentages respectifs ;

Il est clair que, dans l’intervalle, les membres de la famille peuvent être confrontés à des difficultés financières, notamment pour ceux dont la pension ou le salaire est crédité sur le même compte que le défunt. À tout cela s’ajoutent les dépenses considérables qu’entraînent les funérailles. D’où la question récurrente : combien de temps faut-il pour débloquer un compte courant au nom du défunt ? Voici quelques précisions importantes sur le sujet.

Le blocage du compte courant du défunt

Commençons par un fait incontestable : la banque ne peut pas éteindre le compte courant au moment du décès de son client. Au contraire, une fois la procédure d’homologation terminée, ce sont les héritiers qui doivent décider de maintenir la relation bancaire en vie ou de l’éteindre ;

Entre ces deux étapes, il y a toutefois une césure. En effet, dès que la banque est informée du décès de son client, elle bloque la possibilité d’effectuer tout retrait, à la seule exception des rachats de la banque autorisés par ce dernier avant son décès. Les dépôts, en revanche, restent autorisés et continuent donc à alimenter régulièrement le compte (pensez aux versements de pension accumulés).

Comment débloquer le compte bancaire du défunt ?

Il prévoit l’obligation pour la banque de bloquer le compte courant du défunt jusqu’à ce que les héritiers présentent la déclaration de succession . En particulier, la disposition en question prévoit que « les débiteurs du défunt et les détenteurs de biens lui appartenant [comme la banque, dépositaire des sommes en compte courant] ne peuvent payer les sommes dues ou délivrer les biens détenus aux héritiers (…) que si la preuve est apportée que la déclaration de succession a été déposée (…) ».

Les héritiers ont un an pour remettre la déclaration de succession à l’Agence des droits de succession : il s’agit d’un accomplissement de nature purement fiscale (il sert en fait à régler les droits de succession) et n’implique aucune acceptation tacite de la succession ;

Ainsi, pour débloquer le compte courant du défunt, il est nécessaire de présenter à la banque le récépissé de l’envoi – désormais, télématique – de la déclaration de succession.

Il est bien entendu que, du moins en ce qui concerne cette première étape, le délai de déblocage du compte courant du défunt dépend des héritiers eux-mêmes, c’est-à-dire de leur diligence à accomplir cette tâche ;

Il convient également de noter qu’en cas de dépôt tardif de la déclaration de succession, outre l’impossibilité d’effectuer des retraits sur le compte courant du défunt, on encourt des pénalités fiscales pour déclaration tardive.

Délai pour le déblocage du compte bancaire du défunt

Il est important de souligner que, même si la déclaration de succession n’implique aucune acceptation de la succession, l’acquisition des sommes sur le compte du défunt en implique une : elle doit en effet être considérée comme une acceptation tacite de la succession, qui ne peut plus être révoquée. La conséquence en est que les héritiers seront responsables de toutes les obligations laissées du vivant du défunt (à la seule exception des sanctions administratives et pénales ainsi que des dettes à caractère personnel telles que les pensions alimentaires).

En ce qui concerne les délais de règlement des héritiers à partir du dépôt de la déclaration de succession, ils dépendent généralement du contrat envisagé avec la banque et conclu par le client. En général, il ne s’écoule pas plus de 30 jours à partir du dépôt de la déclaration de succession . Toutefois, à cette fin, la banque ne versera à chaque héritier que sa part respective, à moins que l’héritier n’ait été chargé par les autres héritiers de récupérer également leurs parts.

Pour pouvoir clôturer le compte courant au nom du défunt et retirer les sommes qui y sont détenues, il est donc nécessaire de remettre une copie de la déclaration de succession à la banque. Si vous ne prouvez pas que vous l’avez dûment fait, les sommes d’argent ne peuvent être retirées.

La déclaration de succession doit être préparée selon les modalités prévues, et doit être présentée au bureau dans l’année qui suit le décès. S’il y a des complications ou des problèmes dans l’identification des biens compris dans la succession, on peut présenter une première déclaration de succession avec l’indication de l’argent et présenter – ultérieurement mais dans le délai prescrit par la loi – une nouvelle déclaration de succession contenant tous les biens compris dans la succession.

Compte courant signé conjointement

Il se peut que le compte courant qui a fait l’objet d’une homologation ait été détenu en copropriété par une autre personne avec une signature disjointe. Que se passe-t-il dans de tels cas ? Comme nous l’avons mentionné dans l’introduction, la banque procède au gel de l’ensemble du compte, même à l’encontre du cotitulaire, indépendamment du fait que la moitié due à ce dernier ne tombe pas dans la succession.&nbsp ;

Un tel comportement doit toutefois être considéré comme illégal. En effet, selon l’enseignement de le Conseil d’Etat , lorsque le dépôt bancaire est au nom de plusieurs personnes, avec le pouvoir pour les mêmes personnes d’effectuer, jusqu’à l’extinction de la relation, des opérations de crédit et de débit, même solidairement, il y a une responsabilité solidaire à l’actif de l’obligation, qui survit au décès de l’un des cotitulaires. Par conséquent, le copropriétaire est en droit de réclamer, même après le décès de l’autre, la totalité du solde, et l’exécution ainsi réalisée libère la banque envers les héritiers de l’autre copropriétaire.&nbsp ;

Ce principe a également servi de base aux prises de position ultérieures , selon lesquelles, dans le cas d’une relation conjointe avec le pouvoir de signature séparée, le décès de l’un des copropriétaires n’est pas en mesure de produire un effet sur la nature de l’obligation et sa discipline, tant du côté de l’actif, en termes de droit au recouvrement intégral, que du côté du passif, en termes de libération totale. Cela vaut pour les ayants droit du testateur et pour l’établissement de crédit qui, ayant été obligé en totalité envers l’un des cotitulaires avant cet événement, n’a aucune raison de supposer que son obligation a changé par la suite.