Psychologue ou psychothérapeute : à qui dois-je m’adresser ?

AccueilGuide santéPsychologue ou psychothérapeute : à qui dois-je m'adresser ?

Lorsque vous avez besoin d’un soutien psychologique, la question que vous vous posez très souvent est la suivante : à qui dois-je m’adresser ? Pour faire le bon choix, il est important de comprendre d’abord la différence entre psychologue et psychothérapeute.

Le choix d’un professionnel, quel que soit le domaine, n’est jamais facile. Trouver le bon lorsque le problème est d’ordre psychologique est encore plus difficile. Vous vous sentez fragile, en manque d’énergie, en manque de quelqu’un qui puisse faire preuve d’empathie et vous comprendre sans l’effort que vous devez faire avec toutes les autres personnes avec lesquelles vous êtes en relation. Parfois, on a simplement besoin de parler, de s’ouvrir, de se découvrir, d’être entendu sans jugement mais avec acceptation et ouverture. Mais il faut ensuite se confronter à l’immensité des professionnels qui vous promettent tout cela. C’est-à-dire que vous devez savoir comment choisir celui qui peut vraiment vous aider. Psychologue ou psychothérapeute : à qui s’adresser ? Je vous pose cette question car il existe une différence substantielle entre les deux professions et il est bon de les connaître si vous recherchez un soutien psychologique. Cet article vous aidera à le comprendre. Vous aurez entendu parler de ces deux personnages à maintes reprises et vous aurez peut-être visité leur page Facebook ou leur site web et remarqué de nombreuses similitudes et vous vous êtes demandé : comment choisir ? Mais surtout : quelle est la différence ? Cet article va vous y aider. Faire la lumière sur deux professions apparemment similaires, qui peuvent coïncider ou non avec la même personne mais qui opèrent concrètement sur des sujets différents, afin que vous puissiez affiner votre recherche et trouver plus facilement la bonne personne pour vous soutenir. Je commencerai par vous parler des deux principaux critères qui nous permettent aujourd’hui de choisir le bon spécialiste, afin de vous sensibiliser à leurs forces et faiblesses.

Critères de choix d’un professionnel

Je commencerai par vous dire que ce n’est pas le CV qui déterminera le choix de la personne qui vous aidera, et encore moins les masters ou les titres qu’un professionnel peut compter sur le papier. Les statistiques nous disent que le premier critère de sélection est celui de l’ancien et souvent efficace bouche à oreille.

Pensez-y, lorsque vous avez une douleur physique que vous ne pouvez pas expliquer, ou lorsque vous êtes inquiet au sujet d’une maladie que vous connaissez mais dont vous voulez un diagnostic plus précis, que faites-vous en premier ? Vous pensez à l’ensemble de votre réseau de connaissances et vous vous creusez la tête jusqu’à ce que vous trouviez quelqu’un qui puisse vous aider en vous offrant un canal privilégié d’accès aux informations dont vous avez besoin.

Si, d’un point de vue physique, vous êtes beaucoup plus habitués à demander de l’aide et des informations, dans le domaine psychologique, au contraire, la culture de la honte et du « devoir se débrouiller seul » est malheureusement encore très répandue. Ceci pour vous dire que le réseau de conseils amicaux dans ce domaine est encore plus important et utilisé. Vous devez trouver, en fait, non seulement quelqu’un qui vous aide, mais qui vous demande en retour une ouverture et un engagement pour faire ressortir la sphère la plus intime de vous-même.

Si donc personne dans votre entourage ne vous convainc ou ne vous propose quelqu’un de confiance, la deuxième option est le médecin, généralement le généraliste ou celui en qui vous avez le plus confiance. En analysant les avantages et les inconvénients de ce critère de sélection, je pense qu’il a sans doute l’avantage de vous exposer à un risque moindre quant au sérieux et à la fiabilité du professionnel face à une expérience positive d’un tiers, mais le risque est celui d’une confiance excessive au détriment d’un examen plus approfondi, dont vous avez de toute façon besoin pour comprendre s’il est fait pour vous.

Un autre canal en deuxième position aujourd’hui pour choisir un psychologue est le web. Pouvez-vous compter le nombre de fois à ce jour où vous avez ouvert Google pour rechercher un professionnel, en vous attardant notamment sur ses critiques ou sur ce qu’il écrit lui-même ? Je ne pense pas. Il y aura d’innombrables fois où cela vous sera arrivé.

Aujourd’hui, le monde numérique a pris une emprise extrêmement conséquente sur vos décisions, même celles concernant votre santé.

En ce qui concerne le psychologue, ce qui aide aussi, c’est sa présence dans le monde des réseaux sociaux. Je parle d’un profil professionnel sur Facebook, Instagram, Twitter ou LinkedIn par exemple, car en partageant des idées et des pensées, vous pourrez vous connecter avec lui/elle, l’observer, vous donner du temps et mieux comprendre si son univers professionnel peut correspondre à vos besoins. En ce qui concerne ce deuxième critère, les avantages et les inconvénients sont inversés. C’est-à-dire que si dans ce cas, par peur de tomber sur la mauvaise personne, vous avez découvert beaucoup d’informations sur la personne parce que vous n’avez aucune connaissance en commun avec elle, au contraire, le risque pourrait être celui de ne pas avoir de réelles garanties sur sa fiabilité.

En effet, même face à des commentaires positifs, les personnes qui passent en revue ne les connaissent pas et vous ne savez pas qui vous conseille.

En conclusion, vous remarquerez que la crédibilité envers une personne qui prend soin de votre santé va de pair avec votre estime envers ceux que vous connaissez déjà et la réputation qui leur est faite dans le monde virtuel. Il serait optimal d’intégrer ces deux critères afin d’obtenir le meilleur. Une fois que vous avez compris les avantages et les inconvénients des canaux que vous pouvez activer dans votre recherche d’un professionnel, il est bon de se plonger dans les caractéristiques et les différences des deux principales figures qui peuvent vous être proposées ou que vous trouverez vous-même sur le Web : le psychologue et le psychothérapeute.

Différences entre psychologue et psychothérapeute

Il existe une grande confusion, même parmi les professionnels eux-mêmes, sur ce qui distingue un psychologue d’un psychothérapeute . Le risque est d’assimiler l’un à l’autre ou d’ignorer totalement leurs différences ou leur portée.

J’ai entendu les récits de nombreuses personnes qui, après des années de thérapie, ont décidé de changer brusquement de praticien ou ont mis fin elles-mêmes au processus sans explication.

Dans de nombreux cas, les raisons n’étaient certainement pas liées à la compétence du thérapeute, mais dans d’autres cas, les raisons étaient l’ignorance du client et/ou du patient à la base du choix, dans le sens d’un manque d’information sur le professionnel et la voie qu’il aurait empruntée.

Il est évident que la transparence doit d’abord revenir au professionnel qui a la connaissance réelle de son travail, mais comme vous ne savez pas à qui vous aurez affaire, vous devez vous protéger en enquêtant au mieux.

Le psychologue et le psychothérapeute semblent pour beaucoup être la même figure, alors qu’en fait ils opèrent avec des outils différents car ils s’occupent de domaines différents. Le postulat est qu’un psychothérapeute, pour des raisons évidentes, sera nécessairement aussi un psychologue, mais l’inverse n’est pas nécessairement vrai. Cela est dû au fait que tous deux ont un diplôme de psychologie et sont inscrits au registre des psychologues, mais l’école de psychothérapie qui succède au diplôme n’est pas obligatoire et surtout n’est pas toujours nécessaire.

Le choix du professionnel, de participer ou non, dépendra du public cible qu’il souhaite traiter et des sujets dans lesquels il se spécialise en vertu des intérêts développés après l’obtention du diplôme. Vous pouvez donc vous retrouver dans la situation de lire les mots « psychologue » ou « psychologue et psychothérapeute ». Découvrez avec moi les différences d’application.

Différences d’application

Le psychologue travaille avec le malaise psychologique et donc avec la personne qui a une personnalité structurée et les capacités pour pouvoir affronter de façon autonome ses difficultés. Le psychologue lui sert à mettre en lumière tout ce qu’elle a déjà en elle, à élargir ses horizons, à favoriser une réinterprétation de la réalité à travers la recherche, la mobilisation et la valorisation de ressources utiles dont elle n’a pas conscience. Il s’ensuit que, hypothétiquement, n’importe qui peut se prévaloir d’un soutien psychologique dans ce sens, car n’importe qui peut traverser des périodes de crise, des décisions difficiles à prendre, des moments de fort conflit interne, nous connaissons tous un inconfort psychologique au cours de notre vie.

Il y aura évidemment différents niveaux de gravité ainsi que de soutien dont chacun bénéficie dans la vie et ceci, combiné à d’autres facteurs tels que notre expérience de vie et notre éducation familiale, fera une différence dans la décision de rechercher ou non une aide extérieure. le psychologue n’a pas de fonction thérapeutique. C’est-à-dire qu’il ne traite pas une maladie parce qu’il n’a pas de rapport avec la pathologie .

Il est un expert de la santé et fait des interventions visant la prévention, le diagnostic, la réhabilitation et le soutien. Il veille à votre bien-être psychophysique et à votre épanouissement personnel, intervient pour résoudre les situations conflictuelles et améliorer vos relations grâce, par exemple, à une meilleure gestion de la communication.

Le psychothérapeute, quant à lui, est nécessairement aussi psychologue mais ce qui le caractérise, c’est qu’il travaille avec le trouble . Il aura donc une fonction thérapeutique et disposera de différents outils pour traiter la pathologie. Chaque psychothérapeute suivra une approche différente en référence à l’école qu’il a fréquentée et il est utile, par exemple dans ce cas, de savoir laquelle est suivie par la personne à laquelle on s’adresse afin de comprendre quelles particularités la caractérisent.

Je vais vous donner un exemple pour mieux comprendre, sur le plan pratique, comment se traduit ce que je vous ai dit jusqu’à présent. Vous avez une attaque de panique . À qui s’adresser ? Pour une première consultation, vous pouvez vous adresser soit à un psychologue, soit à un psychothérapeute. S’il s’agit d’un épisode isolé ou d’un premier épisode, appelé « attaque de panique inattendue », la situation reste à définir et la question peut relever de la compétence des deux. Si, en revanche, vous souffrez d’attaques de panique récurrentes et développez un véritable trouble panique, un psychothérapeute pourra vous suivre exclusivement.

Résumé

Il est donc important, à la lumière de tout ce que vous avez lu, de vous renseigner d’abord sur la personne qui s’occupera de votre santé, puis de ne pas avoir peur de poser des questions sur la voie que vous allez emprunter. Je vous conseille également de toujours demander plus d’un avis à différents professionnels. Il est normal que vous n’ayez pas les compétences nécessaires pour faire un auto-diagnostic, mais il est crucial de ne pas aller aveuglément chez le premier spécialiste qui vous recommande parce qu’il est « bon ». Le problème de votre amie n’a peut-être rien à voir avec votre situation, ou un type particulier d’approche qui fonctionne pour elle ne vous aidera peut-être pas. S’informer n’est pas de la méfiance mais un acte de bienveillance à votre égard et le premier pas vers un choix éclairé.